Austérité dans les services publics : les missions de secours ne sont pas épargnées ! APPEL pour le 29 novembre 2016

agents des sdisAustérité dans les services publics : les missions de secours et de protection des populations ne sont pas épargnées !

 

Fonction publique | Le 29 novembre, dans toutes les professions et dans l’ensemble des territoires : Mobilisons-nous pour faire entendre et gagner sur nos revendications !

Appel unitaire des organisations syndicales de la Fonction publique CGT, FAFP, FSU et SOLIDAIRES à une journée de mobilisation dans les trois versants de la Fonction publique le mardi 29 novembre 2016.

Les organisations syndicales de fonctionnaires considèrent que de nombreuses revendications restent encore aujourd’hui sans réponse. Parmi elles :
- L’augmentation significative des salaires, les mesures de rattrapage des pertes accumulées depuis l’année 2010.
- La poursuite de la politique de transfert prime/points pour en finir avec les indemnités constituant des compléments de salaire, comme le RIFSEEP, instaurant l’inégalité de traitement entre les agents.
- La revalorisation des filières et des corps à prédominance féminine afin d’appliquer le principe : « un salaire égal pour un travail de valeur égale ».
- L’amélioration des conditions de travail et de l’organisation du temps de travail qui pourrait être mis en cause dans les concertations faisant suite au rapport Laurent : aucun nouveau recul en la matière n’est acceptable.
- Le renforcement du Statut général des fonctionnaires, de leurs statuts particuliers, des droits et des garanties collectives des personnels.
- Le renforcement des garanties aux usagers d’un service public de pleine compétence et de proximité sur l’ensemble du territoire national, y compris en Outre-Mer.
- L’octroi des moyens budgétaires nécessaires à l’accomplissement des missions publiques dans les trois versants de la Fonction publique avec les créations d’emplois statutaires nécessaires, de nouvelles mesures visant à la résorption de toutes les formes de précarité, des crédits de fonctionnement et d’investissement à la hauteur des besoins.
- La fin de la précarisation des emplois publics par un plan de titularisations

En l’état actuel, les projets de lois de finances et de financement de la sécurité sociale 2017 restent marqués par l’austérité budgétaire, la poursuite des suppressions d’emplois, de nouvelles et conséquentes amputations de crédits, au détriment de la qualité et du financement de l’action publique et plus particulièrement celle mise en œuvre par l’Etat, les collectivités territoriales et les hôpitaux.
Dans un tel contexte, nos organisations syndicales décident de s’adresser à Madame Annick Girardin, Ministre de la Fonction publique, afin d’exiger que les discussions sur ces revendications soient rouvertes.
Elles organiseront une conférence de presse unitaire.

Nos organisations appellent les personnels des trois versants de la Fonction publique, dans toutes les professions et dans l’ensemble des territoires, à contribuer à la réussite du mardi 29 novembre 2016, journée nationale d’expressions de leurs revendications avec notamment :

- L’élaboration de cahiers revendicatifs professionnels et territoriaux.
- L’interpellation et des demandes d’audience auprès des hiérarchies administratives locales.
- L’envoi de motions aux préfets et l’organisation de rassemblements devant les préfectures.
- La distribution de tracts aux usagers du service public.

Enfin, nos organisations appellent les personnels à débattre des conditions de l’engagement, après le 29 novembre, de nouvelles étapes de mobilisation.

Avoir sur le site de la fédération CGT des services publics

Journée d’expression revendicative du 29 novembre 2016 dans la Fonction publique

Déclaration de la Fédération CGT des Services publics

Depuis le 17 octobre dernier, suite aux attaques contre des policiers à Viry-Chatillon, des centaines de policiers se mobilisent régulièrement dans des rassemblements. La colère sociale des policiers et leurs revendications portant sur les conditions de travail, les moyens, les sous-effectifs sont légitimes, elles sont d’ailleurs le lot commun des services publics et des agents qui les font vivre.
Il n’en demeure pas moins que certaines des thématiques et revendications exprimées dans le cadre de ce mouvement peuvent être dangereuses par ce qu’elles véhiculent : l’extension de la légitime défense, le durcissement de la politique pénale, la remise en cause des magistrats accusés de laxisme. Il en va de même de la musique xénophobe ou du « tous pourris » formulé à l’encontre des politiques et des syndicats, offrant ainsi prise aux idées nauséabondes véhiculées par le FN. L’Etat a dangereusement appuyé le phénomène en orientant les missions des forces de l’ordre sur la répression contre le mouvement social lors des mobilisations contre la loi El Khomri. L’Etat préfère la matraque à la négociation, ce que nous condamnons.
Pour la Fédération CGT des Services publics, des décennies de destructions de services publics, dont les services de prévention, l’abandon de certaines zones du territoire par les services publics, par les entreprises et donc par l’emploi, favorisent le délitement social et les économies parallèles, terreau principal de la violence urbaine.
La réponse à ce délitement ne peut être fondée sur la répression mais doit être de nature politique. La reconstruction d’un lien social, la création d’emplois pérennes et rémunérés à leur juste valeur, des services publics en capacité de répondre aux besoins de la population, en résumé le renforcement de notre bien commun, sont les réponses dignes d’une société réellement démocratique.
Il n’appartient pas aux seuls agents publics, notamment ceux dont la mission est de porter secours et protection aux populations, de pallier à plus de trente ans de désengagement économique et social. Nous saluons nos collègues, toutes missions confondues, qui œuvrent au quotidien dans des conditions dégradées, notamment dans les quartiers dit sensibles.
La Fédération CGT des services publics appelle les agents publics et l’ensemble des salariés à se mobiliser pour une journée d’action le 29 novembre prochain et à revendiquer :
-  des moyens budgétaires nécessaires à l’accomplissement des missions de services publics.
-  le renforcement des services publics au plus près des populations et sur l’ensemble du territoire.
-  l’augmentation des effectifs, par la création d’emplois statutaires, afin de répondre aux besoins croissants d’une population en constante augmentation.
-  l’augmentation du point d’indice et l’arrêt immédiat de toutes les mesures régressives liées à la rémunération (RIFSEEP, PPCR, etc.).
-  l’amélioration des conditions de travail et des moyens pour l’exercice des missions.

Téléchargez le communiqué ICI

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *