Communique du 16-04-2018 Cancer chez les Pompiers: Risques des particules des fumées d’incendie, depuis 2012 Tout était écrit ou presque !

Montreuil, le 16 avril 2018

Communique Cancer chez les Pompiers

 Risques des particules des fumées dincendie, depuis 2012

Tout était écrit ou presque !

En effet, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’Environnement et du travail a rendu son avis en mai 2012 d’une saisie faite en  janvier 2010 par la Direction générale de la santé, la Direction générale de la prévention des risques, la Direction générale de l’énergie et du climat, et la Direction générale du travail pour réaliser une expertise faisant un état des connaissances sur l’impact sanitaire lié à l’exposition de la population générale et de la population professionnelle aux feux de végétation à l’air libre.

Cette étude détaille les risques liées aux particules, la toxicité de la fumée de bois, les types d’exposition, pour la population et pour “les professionnels de lutte contre le feu”. Pour ces derniers, il est préconisé de développer les connaissances sur les effets à long terme des expositions répétées aux fumées des feux de végétation et encourager la recherche et le développement d’appareils de protection respiratoire individuels adaptés en termes d’autonomie et d’ergonomie.

Risques liés aux fumées, faisons le point

Les particules: solides et liquides en suspension dans l’air.

Certaines d’entre elles, les plus petites – moins de 10 micromètres (µm) –, sont couramment appelées particules fines et ont des effets nocifs spécifiques sur la santé humaine. Même si un grand nombre de particules est d’origine naturelle, la majorité des particules fines est issue d’activités humaines, comme le trafic automobile, le chauffage résidentiel ou encore les activités agricoles et industrielles.

élément élémentaire liquide ou solide inerte, toxique ou nocif.

extrait de l’encyclopédie universalis

Dès 2009 l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail

La pollution par les particules dans l’air ambiant, avis de l’AFSSET mars 2009, les données actuelles tendent à montrer qu’il n’est pas possible d’observer un seuil de concentration en particules en deçà duquel aucun effet sanitaire ne serait constaté.

Ils sont contenus dans les fumées d’incendie, que ça se voit ou pas!!!

La question est essentiellement le seuil d’acceptabilité:

  • du risque, il n’y a pas de risque zéro
  • de la protection et de la contrainte qu’elle peut générer

La réponse ne peut être que collective et sociétale, par rapport à sa soutenabilité financière. Les agents doivent pouvoir donner leur opinion, et porter ce choix de société.

La société doit se donner les moyens de prévention pour limiter le risque d’exposition des citoyens, et des agents exposés  en accentuant les actions de prévention.

C’est en démontrant une exigence de changement pour leur propre sécurité que les agents peuvent faire accélérer ce bouleversement.

Exemple concret: dans le cadre des marchés publics et de la rédaction des Cahiers des Charges et Clauses Techniques particulières, il faut y introduire la notion de la nettoyabilité !!!

Téléchargez le communiqué en pdf ICI

DOCUMENTS

La CGT à décliné  pour vous une fiche de lecture par expertise:

Téléchargez la Fiche de lecture CGT AFSSET pollution air particules 2009 ICI  Téléchargez le rapport 2009_03_AFSSET_pollution_air_particules ICI

Téléchargez la fiche de lecture CGT ANSES Feux de forets ICI Téléchargez le rapport 2012_ANSES effets sanitaires feux de forets ICI

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *