Courrier DGSCGC analyse reçus/collés concours SPPNO 2013 le 17 juillet 2017

Monsieur Jacques WITOWSKI

Directeur général de la Sécurité Civile

Et de la gestion des crises

Place Beauvau

75008 Paris Cedex 08

 

Objet: reçus-collés du concours de SPP catégorie C de 2013

Monsieur le directeur général,

A quelques mois de perdre le bénéfice du concours, pour ceux  qui sont toujours en recherche d’un poste,  la CNSIS du 23 juin a soumis au vote la date du 1er novembre 2017 pour l’organisation d’un concours de caporal de sapeur-pompier professionnel, tout en précisant qu’il reste un millier d’inscrits sur les listes de 2013. “L’expérience est le commencement de la sagesse” disait Alcman de Sardes, il nous faut donc en tirer quelques leçons.

Si cela peut être un drame personnel, pour les lauréats, c’est aussi un échec collectif de l’ensemble des acteurs institutionnels, organisateurs de concours et financeurs des services d’incendie et de secours.

A plusieurs reprises la CGT et d’autres acteurs ont alerté sur les difficultés des lauréats du concours de sapeur-pompier professionnel catégorie C de 2013 à trouver un poste.

Ce problème n’est pas propre à notre filière, mais le cloisonnement des listes, la difficile recherche de l’information, la variation du “prix” d’un lauréat en fonction du lieu d’obtention du concours, doivent nous interroger alors que nous sommes à la veille d’organiser de nouveau des concours d’accès à la catégorie C.

A l’image de ce qui a été fait par l’inspection générale de l’administration en mars 2012 (Rapport relatif à la situation des lauréats “reçus-collés” aux concours de la fonction publique territoriale), nous avons besoin d’analyser les éléments de ce qui s’apparente à un fiasco collectif.

Les questions sont nombreuses et doivent être abordées de manière scientifique, sans parti pris.

Combien de lauréats en 2013?

Combien de lauréats à l’extinction de la validité du concours?

Parmi eux combien de “reçus-collés”?

Quels étaient les caractéristiques des candidats “reçus-collés” (âge, sexe, origine géographique, lauréats à quels concours, etc)

Les besoins annoncés par les S.I.S. organisateurs et co-organisateurs ont-ils été tenus?

Quels facteurs extérieurs ont perturbés les plans initiaux (difficultés budgétaires, recrutements sans concours, emplois d’avenir, diminution de postes, utilisation de CDD ou de SPV, etc)

Quelles pistes pour éviter les écueils constatés?

La mobilisation d’argent public, la crédibilité de la parole des employeurs publics, sans oublier l’impact dans la vie des ”reçus-collés” et les éventuels risques sur le nombre de candidats aux prochains concours (certains n’auront-ils pas peur de revivre la situation du concours de 2013?) sont autant de raisons de se pencher sérieusement sur cette problématique

Monsieur le Directeur général, veuillez recevoir nos salutations respectueuses

Pour le collectif fédéral CGT des SDIS

-PJ une demande de saisine d’autosaisine  à monsieur le président du CSFPT


Montreuil, le 12 juillet 2017
Philippe LAURENT
Président du CSFPT
Ministère de l’intérieur
Place Beauvau
75800 PARIS Cedex 08
N/Réf. BT/VO
N° 167-2017
Objet : reçus-collés suite à réussite au concours de SPP catégorie C de 2013
Monsieur le Président,
La CGT vous écrit pour vous demander une auto-saisine afin d’étudier les conditions d’organisation du concours de Sapeur-Pompier Professionnel de catégorie C.
En effet, alors que la CNSIS du 23 juin a mis au vote l’organisation d’un concours de caporal de Sapeur-Pompier Professionnel (SPP) pour le 1er novembre 2017, avec d’autres organisations syndicales, la CGT constate que plusieurs centaines de lauréats risquent de perdre le bénéfice de leur concours obtenu en 2013.
Les organisateurs du concours ont été alertés sur ce grave dysfonctionnement pour une filière professionnelle dont on sait les difficultés d’ouverture à la diversité et à la féminisation.
La CGT constate que les principaux dysfonctionnements proviennent notamment d’un cloisonnement des listes sur un territoire, de l’absence de statistiques fiables produites par les SDIS sur l’adéquation entre le nombre de postes ouverts et les besoins réels en effectifs, de la variabilité des coûts d’organisation du concours d’un département à un autre.
Fort de ces premiers éléments, il est demandé que le CSFPT conduise une auto-saisine visant à diagnostiquer la réalité des concours dans la filière SPP, d’en préciser les problématiques, d’en analyser les limites et de préconiser des solutions qui permettront de rendre au concours dans la filière SPP toute sa légitimité dans le processus de sélection et d’accès aux emplois publics pour les agents de catégorie C.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le, Président, l’expression de mes respectueuses salutations.

Baptiste TALBOT
Secrétaire général

Téléchargez en pdf ICI

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *