Décès de Sapeurs pompiers: 2018 début d’année tragique

2018 début dannée tragique

Au 7 janvier c’est déjà 3 décès que la corporation a à déplorer.

La CGT des SDIS s’associe à la peine des familles, amis et collègues des victimes.
Notre peine collective pour ces tragédies ne doit pas nous empêcher de penser ces évènements. Ne sont-ils qu’une question de malchance ?

Au regard de ces quelques éléments chacun pourra se forger sa propre opinion :

– des incendies et accidents de plus en plus techniques, avec une faible occurrence, mais de vrais risques (nouvelles technologies/matériaux, risques d’explosion de fumées, agressions).

– des phénomènes météorologiques, plus nombreux, plus violents et plus soudains,
– un allongement de la vie opérationnelle des agents (des agents plus âgés exposés, et toujours des agents très/trop jeunes, dès 16 ans exposés).

– une baisse des effectifs, tant professionnels que volontaires, couplée à la hausse du nombre d’interventions.

– un contexte budgétaire toujours contraint.

– un allègement d’effectifs dans certains départs (voire des départs en sous effectif, ou sous qualifiés).

– une formation continue et de perfectionnement plus rare, et des objectifs devenus plus quantitatifs que qualitatifs pour la formation en général.

– une sur-utilisation des pompiers volontaires en gardes postées pour pallier le manque de professionnels, augmentant ainsi leur exposition
*extrait du rapport de mai 2016 d’évaluation du rapport Pourny

Ainsi la courbe des décès pourrait s’inverser, pour des raisons identifiables et identifiées.

*extrait du rapport de mai 2016 d’évaluation du rapport Pourny

Les réponses sont  connues, il faut des moyens financiers pour les Services d’Incendie et de Secours pour s’assurer des moyens humains, matériels, de la formation et encore de la formation, une politique de prévention accrue (et pas uniquement pour les employeurs) du départ en intervention au retour de celles-ci, incluant les agressions contre les agents des S.I.S.

Les élus des CHSCT des S.I.S. doivent pouvoir  accéder et enquêter sur les lieux d’interventions lorsque des agents ont été blessés ou agressés, afin d’éviter toute récidive.

Téléchargez en pdf ICI

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *